The Heroine’s Journey of Martine Plaucheur

What is the best thing that I love about my work?

Go on dreaming and playing like when I was a chlid

Continuer à rêver et jouer comme lorsque j’étais enfant

What is my idea of perfect happiness?

To be consistent with my real being, every moment of my life

Etre en cohérence avec mon être véritable, à chaque instant de ma vie

What is my greatest fear?

I killed it and don’t want to remember

Je l’ai tuée et ne veux plus m’en souvenir

What is the trait that I most deplore in myself?

There’s nothing I do really neither deplore nor hate in myself. Could it be a sign of lack of humility ? I don’t think so. That’s the result of a long way to accept myself as I am, with the whole package. And I prefer using the words « traits to be improved ». Among them, this bad inclination to control, manage… instead of let it go, relying on the other and on life

Rien que je ne déteste ni qui me gêne véritablement chez moi. Serait-ce le signe d’un défaut d’humilité ? J’y vois plutôt l’aboutissement d’un long chemin pour m’accepter telle que je suis, en prenant le « package » entier. Et je préfère raisonner en terme de traits à améliorer. Parmi eux, cette fâcheuse tendance à vouloir contrôler, maîtriser…au lieu de lâcher prise, laisser aller, m’en remettre davantage aux autres et à la vie.

Which living persons in my profession do i most admire?

All the craftmen/craftwomen-creators who work with the same sincere and passionate faith than mine

Tous les artisans-créateurs indés qui bossent avec la même foi sincère et passionnée que moi.

What is my greatest extravagance?

Staying myself, fully and serenely, in every circumstance, place, context, and in front of any people

Rester moi-même, pleinement et sereinement, en quelque circonstance, lieu, contexte, face à quelque personne que ce soient.

On what occasion would I lie?

To don’t sadden people. And every time I take a fake identity on stage. But I give my body, my voice, and a common fund of humanity that we all share. So, that’s no more a lie.

Pour ne pas peiner les gens. Et aussi chaque fois que j’endosse une identité qui n’est pas la mienne sur scène. Mais je lui donne mon corps, ma voix, et un fonds d’humanité commun que l’on partage tous. Alors, ce n’est plus un mensonge.

What is the thing that I dislike the most in my work?

Negociating the material terms of a publication, of a performance… However it is necessary. To work serenely. And to be respected in the hard, uncompromising environments of literature and theater.

Négocier les conditions matérielles d’une publication, d’un passage sur scène… C’est pourtant indispensable. Pour bosser sereinement. Et se faire respecter dans ces milieux durs, sans concession, que sont le milieu littéraire et théâtral.

When and where was I the happiest, in my work?

Every time I succeed in hitting these moments of grace, when I’m connected to others, by my words or my performance, in my written or on stage. A human to human trade, simple, obvious, but miraculous

Chaque fois que je parviens à toucher ces instants de grâce où je suis en connexion avec les autres, par mes mots ou mon interprétation, dans mes textes ou sur scène. Un échange d’humain à humain, simple, évident, mais miraculeux

If I could, what would I change about myself?

Nothing, to late thinking about it

Rien, il est trop tard pour y songer

What is my greatest achievement in work?

Deciding to leave a job I disliked and where I was not in my place, to live my « real life » : writing, playing, creating every day

Avoir quitté un job que je n’aimais pas et où je n’étais pas à ma place, pour vivre ma « vraie vie » : écrire, jouer, créer chaque jour.

Where would I most like to live?

Marseille is the right place for me. And anyway, I can go very far just with my imagination. Or retire in myself when I need it

Marseille me va bien. Et de toute façon, je peux partir très loin, à tout moment, par mon imaginaire. Ou me réfugier en moi lorsque j’en ai besoin.

What is my most treasured possession?

The trust and the faith in me

La confiance que je me porte. La foi que je place en moi

What is my most marked characteristic?

Independence

L’indépendance

What is my most inspirational location, in my city?

The most quiet places in town, in front of the sea, under a tree. Or on the contrary in the bars. Not one of these bars with a modern deco, soulless. But an old bar, where a writter can sit and daydream, take notes, start a book…

Les coins les plus tranquilles de la ville, face à la mer, sous un arbre. Ou au contraire dans les cafés. Pas un de ces cafés à la déco contemporaine sans âme, mais un café préservé, à l’ancienne, là où un écrivain peut encore s’attabler pour rêvasser, prendre des notes, commencer un livre…

What is my favourite place to eat and drink, in my city?

« Au Falafel », in Lulli street. « la Goulette », for the couscous. And the inspiring bars I mentioned before

« Au Falafel », rue de Lulli. Le couscous de la Goulette, rue Pavillon. Et les cafés inspirants dont j’ai parlé plus haut.

What books influenced my life and how?

To talk about the book I read now : the autobiography of Elisabeth Kübler-Ross « memories of life, memories of eternity ». To learn living, while listening to dying people

Pour citer celui du moment : l’autobiographie du docteur Elisabeth Kübler-Ross, « Mémoires de vie, mémoires d’éternité ». Ou comment apprendre à vivre en écoutant ce qu’ont à nous dire les mourants.

Who are my favorite writers?

Spontaneous, confused, not limited listing : Stendhal, Baudelaire, Proust, Colette, Kawabata, Houellebecq, Murakami, Virginia Woolf, Virginie Despentes, Henry Miller, Cioran, Bukowski, Henry Miller, Carson Mac Cullers, Anaïs Nin, Pierre Desproges, Léautaud, Garcia Marquez, Colette again, etc etc

Liste spontanée, désordonnée, non exhaustive : Stendhal, Baudelaire, Proust, Colette, Kawabata, Houellebecq, Murakami, Virginia Woolf, Virginie Despentes, Henry Miller, Cioran, Bukowski, Henry Miller, Carson Mac Cullers, Anaïs Nin, Pierre Desproges, Léautaud, Garcia Marquez, Colette encore, etc etc

You Only Die Once. What music would I listen on my last day?

Music of wind in trees, stream in forest, bird singing in clearing, children playing. The insurpassable symphony of the world

La musique du vent dans les arbres, du ruisseau qui court dans la forêt, de l’oiseau qui chante dans la clairière, des enfants qui jouent. L’insurpassable symphonie du monde.

Who is my hero or heroine in fiction?

We are our own best advocates, as the saying goes : « Major Pinkie », « The warrior of love », the brave and awkward heroine I play in the Roman Photo WOL69

Comme on n’est jamais si bien servi que par soi-même : « Major Pinkie », alias « la Guerrière de l’Amour », l’héroïne valeureuse et maladroite que j’incarne dans le roman photo WOL69

Who are my heroes and heroines in real life?

All the people who doesn’t accept the dreary and inhuman reality and who do their best to make it better and more nice. All the people who have chosen to live their life with integrity (that means, without betraying their real dreams and expectations) and who want to be useful by their actions, their talents… the best they can give, really and symbolically, to other

Tous celles et ceux qui ne se satisfont pas de la réalité morne, inhumaine, à laquelle on veut nous résigner, et qui font de leur mieux pour la rendre meilleure et plus belle. Toutes celles et ceux qui ont choisi de vivre leur vie avec intégrité (c’est-à-dire, sans trahir leurs aspirations véritables) et en se rendant utiles à l’humanité par leurs actions, leurs talents le meilleur qu’ils ont à offrir, concrètement et symboliquement, aux autres.

Which movie would i recommend to see once in a lifetime?

A wonderful and immortal musical comedy : « Singing in the rain » : these are light, funny and magic things we will remember in the last moments of our life

Une belle comédie musicale immortelle : « Singing in the rain », ce sont les choses légères, gaies et enchanteresses, dont on se souviendra aux derniers instant de notre vie.

What role plays art in my life and work?

Art, in the meaning : to realize, to give birth to our creations, doesn’t only play a role in my life. It is my life. It is « the » life, life which invents and invents again every day

L’art, au sens de : réaliser, donner naissance à ses créations, ne joue pas un rôle dans ma vie. Il est ma vie. Il est « la » vie, la vie qui s’invente et se réinvente chaque jour

Who is my greatest fan, sponsor, partner in crime?

David Zaw, a french photograph, director and actor, is my partner in crime, for writing, sometimes (as in the Roman Photo WOL69 and the play « 26 sur 9 »), on stage almost the time, and in all the videos we make togetherwe are our own best fan and sponsor.

David Zaw, photographe, metteur en scène et comédien français, est mon complice, en co-écriture parfois (comme pour le roman photo WOL69 et la pièce « 26 sur 9 »), sur scène la plupart du temps, dans les vidéos qu’on réalise ensemble… Nous sommes nos plus grands fans et sponsors mutuels.

Whom would I like to work with in 2017?

David Zaw. The actors of my next play : Sébastien Wust and Marco Houard. And I will see depending on the nice artistic and human meetings.

David Zaw. Les comédiens de ma prochaine pièce : Sébastien Wust et Marco Houard. Et on verra en fonction des belles rencontres artistiques et humaines.

Which people in my profession would i love to meet in 2017?

Theater programmers who give me their trust

Des programmeurs de théâtre qui m’accordent leur confiance.

What project, in 2017, am I looking forward to work on?

Taking the most possible stages with « 26 sur 9 » (the adaptation of the book «Letters from jail », by Roger Knobelspiess, an ex-prisoner, brother in arms of Jacques Mesrine, who became a writter), written and played with David Zaw. Creating my new comedy (opening september 22 at Ruban Vert Theatre in Aix) and playing it the most possible. Go on writting for theater and, in parallel, embarking in the long travel of writting a long novel…and always, imagine, create, make laugh cry and dream, with the biggest possible boldness and freedom

Porter sur le plus de scènes possibles « 26 sur 9 » (d’après les Lettres de Prison de Roger Knobelspiess, ex-détenu devenu écrivain, frère d’armes de Jacques Mesrine) co-écrite et jouée avec David Zaw. Créer ma nouvelle comédie (première le 22 septembre au théâtre du Ruban Vert à Aix), et la jouer le plus longtemps possible. Continuer à créer pour le théâtre et, parallèlement, m’embarquer dans l’écriture au long cours d’un vaste roman… et toujours, imaginer, créer, faire rire pleurer rêver, avec la plus grande audace et la plus grande liberté possibles.

Where can you see me or my work in 2017?

At the « Ruban Vert » Theatre in Aix in september. In the Theatre of Elbeuf (a town in the North of France) in october. At « la Casina » theatre in Marseille in november. And at any moment on line on my Facebook, my author’s link on Amazon, and « Zéro Patron » (No Boss) my chain on Youtube with David Zaw

Au théâtre du Ruban Vert à Aix, les 22 et 23 septembre. A Elbeuf (Seine Maritime) le 13 octobre. Au théâtre la Casina à Marseille, les 24 et 25 novembre. Et 24h/24 on line, sur ma page Facebook, ma page auteure Amazon, et « Zéro Patron », notre chaîne Youtube avec David Zaw

What do the words “Passion Never Retires” mean to me?

Writing and playing until my dying day. « Alive to the end » said Henry Miller. I would add : « alive in creation to the end »

Ecrire et jouer jusqu’à mon dernier souffle. « Alive to the end » disait Henry Miller. J’ajouterais : « alive in creation to the end »

Which creative heroines should Peter invite to tell their story?

There are so much beautihul heroines, not always recognized on their own merits ! but we should listen to their inspiring stories… Among them (it is impossible to quote all these women) : Célhia de Lavarène, who fighted against human trafficking for ONU, and who created her own ONG. The photographer Lynn SK. The painter Corine Ko.

Il y a tellement de magnifiques héroïnes, pas toujours célébrées hélas ! à leur juste mérite, dont on devrait écouter l’inspirante histoire… Parmi elles (puisqu’il est impossible de toutes les citer) : Célhia de Lavarène, ex-chef de lutte contre le trafic des êtres humains à l’ONU qui a créé son ONG. Chez les artistes : la photographe Lynn SK. La peintre Corine Ko.

How can you contact me?

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s